Site
du Hogan des Vents
de race Mâtin espagnol
L'Elevage du Hogan des Vents
Mâtins Espagnols au travail en Espagne




Situé dans les Alpes de Haute Provence, l'Elevage du Hogan des Vents (Certificat de capacité 04-032) est constitué par un élevage de chèvres Anglo-Nubiennes et de moutons Cameroun orienté vers la production de reproducteurs et un élevage de chiens unique en France spécialisé dans la protection des troupeaux (Chien de Montagne des Pyrénées, Dogue du Tibet, Mâtin Espagnol et Kangal).

Les Mâtins Espagnols viennent de rejoindre l'élevage compte tenu des grandes qualités de ces chiens pour la protection des troupeaux et de l'existence de lignées de travail en Espagne très différentes des lignées d'exposition. PASTOR et ALOA sont tous les deux nés en Espagne. HABRIL est née en France chez mon Amie Chrystelle, ses deux parents sont nés en Espagne.



HABRIL de la Bande à Gro


Quoi de mieux que le témoignage d'un utilisateur (aux USA) pour parler du Mâtin Espagnol : « J’utilise des Mâtins Espagnols depuis 10 ans pour protéger mon troupeau. Auparavant j’ai eu des Montagnes des Pyrénées. J’ai découvert dans le Mâtin Espagnol un chien de protection intelligent, sans peur, non agressif, intuitif, agile et avec un tempérament très stable. Le Mâtin Espagnol est un protecteur incorruptible pour son troupeau, sa famille et la ferme. C’est un chien qui ne s’éloigne pas et qui n’aboie de façon mesurée qu’à bon escient.

Son aspect puissant et sa taille suffisent aussi à décourager les prédateurs à deux pattes ! Mes Mâtins Espagnols se sont montrés efficaces contre les coyotes, les loups, les pumas, les ours et des prédateurs plus petits comme les renards ou les opossums ici dans le Wisconsin.

Les Mâtins Espagnols adorent vivre en permanence avec leur troupeau. J’ai placé des chiots dans tout le pays sur des troupeaux de moutons, chèvres, bovins, chevaux et aussi des volailles. Ils ont en plus un fort attachement à leur famille et font ainsi des chiens parfaits dans nos fermes. En raison de la rareté de cette race aux USA nous participons souvent à des évènements afin de la faire connaître. Nos chiens ont toujours un comportement irréprochable même s’ils se retrouvent dans des lieux inconnus entourés de centaines de personnes étrangères. Dès le retour à la maison ils regagnent tranquillement leur troupeau.»



PASTOR et un bébé Kangal


Il peut paraître étonnant que j'élève, à côté de mes chiens de protection, des bouledogues français. Cela tient à deux raisons principales. La première est strictement économique car dans les faits c'est l'élevage des bouledogues français qui me permet de financer mon élevage de grands chiens absolument pas rentable, et c'est une vraie bonne raison ! La deuxième est que la mise en contact des chiots destinés à la protection des troupeaux avec une petite race leur permet d'appréhender une dimension de la vie qui n'existe en général pas dans la méthode classique d'élevage des chiens de protection. Non seulement ce contact est stimulant pour les chiots mais il leur permet ultérieurement de mieux gérer les rencontres avec des petits chiens de compagnie dans la mesure où ces derniers n'agressent pas le troupeau. Enfin élever plusieurs races de chiens n'empêche pas pour autant de produire des chiens de grande qualité. C'est ce que voudraient faire croire certains éleveurs qui revendiquent l'élevage d'une seule race comme un critère d'excellence. Je dirais même que les chiots qui naissent et sont élevés dans une meute multiraces bénéficient de bien meilleures stimulations pendant leur développement dues à ces confrontations nombreuses et variées. Cela apporte un bénéfice indéniable à leur équilibre et à leurs capacités d'adaptation. La troisième raison de la présence de bouledogues français sur ma ferme est simplement la passion que j'ai pour cette race pleine d'intelligence et d'affection. Une race dont l'amélioration génétique me passionne également !




J'élève dans le respect de mes chiens en leur apportant soins et affection à tout moment de la journée. Tous les animaux de la ferme vivent dans une belle harmonie que je vous invite à découvrir lors d'une visite. Mes chiots sont élevés au sein d'une meute qui vit libre dans ma ferme. Ces conditions de vie apportent à mes bébés un très bon équilibre mental. Les chiots sont ainsi éduqués par tous les adultes de la meute notamment mes mâles dont le rôle est fondamental dans l'acquisition de comportements sociaux adaptés.


Mes chiots sont destinés aussi bien au travail ancestral de protection des troupeaux, dans les Alpes voire plus loin encore, qu'à la compagnie et la vie de famille.



A ce jour 42 Montagnes des Pyrénées10 Kangals et 6 croisés Mâtin Espagnol  nés dans mon élevage remplissent avec succès la fonction de protecteurs de troupeaux d'ovins, de caprins, de chevaux et même d'alpagas. En 2015 devraient venir au monde mes premiers Mâtins Espagnols de race pure.

Les chiens destinés au travail doivent rester exclusivement avec leur troupeau. Ils ne peuvent pas remplir en plus la fonction de chiens de compagnie au risque de compromettre à la fois leur équilibre et leur efficacité au travail.

Afin de favoriser le retour de chiens de protection de qualité dans les troupeaux, je propose un tarif spécial aux bergers. Dans ce cas particulier, les chiots restent à la ferme jusqu'à trois mois de façon à ce qu'ils soient éduqués par la meute des adultes et qu'ils côtoient le troupeau de façon rapprochée.


**** BERGERS ATTENTION **** BERGERS ATTENTION  ****


Un jeune chien de protection est considéré en apprentissage pendant ses deux premières années au troupeau. Il ne faut pas attendre d'un chiot qu'il ait un comportement de chien adulte. Il est susceptible de faire des erreurs et c'est normal. Ce sera à vous de lui enseigner les bons comportements. Les jeunes chiens ne doivent pas être mis en contact avec des agneaux avant au minimum l'âge de 1 an. Ils doivent, pendant ce laps de temps, pouvoir régulièrement jouer avec leur congénères afin de se décharger de leurs excédents d'énergie et de développer des relations sociales avec leurs semblables.Les chiens de protection ne peuvent être efficaces qu'en meutes.

Homme de Paix et de Partage, je reste disponible à tous ceux qui souhaitent utiliser des chiens pour assurer la protection de leurs troupeaux. Si vous n'avez pas de temps, si vous n'aimez pas les chiens, NE PRENEZ PAS de chiens de protection.

Pour une première mise en place de chiens de protection je conseille d'introduire 2 chiots en même temps [voir mes recommandations pour l'accueil des chiots sur la page Montagne des Pyrénées]. Il est évident que le nombre de chiens de protection doit être adapté à la taille du troupeau.


Le nombre des chiens peut être diminué ou augmenté selon des circonstances et un environnement qui restent propres à chaque troupeau. Néanmoins tomber en dessous des seuils minimum ne peut garantir une protection efficace du troupeau ni des chiens eux-mêmes [voir mon article : combien de chiens pour protéger un troupeau ?].

Pour l'équilibre de la meute et son efficacité il est bon qu'elle soit composée de mâles et de femelles de différents âges. Les anciens enseignent ainsi aux plus jeunes tout en assurant leur protection. Dès lors qu'un chien atteint l'âge de 5 ans il faut penser à son remplacement et intégrer un nouveau chiot. Un tiers des chiens doit être très expérimenté (chiens de plus de 5 ans) un tiers doit être expérimenté (chiens de 2 à 5 ans) et un tiers composé par les jeunes chiens en apprentissage (chiens de 3 mois à 2 ans).



  Mâstine du célèbre Elevage De Abelgas en Espagne


Titulaire d'un diplôme d'ingénieur en Agriculture et d'un Doctorat en Nutrition Animale j'ai exercé comme enseignant, chercheur et consultant avant de m'installer comme simple éleveur. La Science telle qu'elle est aujourd'hui diffusée dans notre monde moderne m'apparaît comme une vaste imposture au service de multinationales sans scrupules. Notre environnement, nos animaux, notre santé se trouvent empoisonnés par une agroindustrie dont le seul objectif est le profit quel que soit le prix à payer pour la planète et les générations à venir. J'ai donc choisi de travailler avec des voies alternatives et je soigne tous mes animaux par homéopathie, ostéopathie et en utilisant la Méthode Tellington TTouch à laquelle je suis en train de me former.


Le drame de l’élevage canin c'est qu'aujourd'hui l'éleveur qui est dans le « système » (club, expo, SCC ...) met en avant des résultats tels que l'absence de dysplasie (ou d'autres problèmes d'origine génétique) comme un porte drapeau pour démontrer qu'il est super bon éleveur (?) ... Le monde est devenu tellement artificiel et superficiel qu'ils ont tous oublié qu'un chien en bonne santé c'est juste l'état normal d'un chien !!! Les clubs font de la collecte de tares génétiques mais pas du tout de réelle sélection génétique car le système est vicié dans ses fondements mêmes. L'autre drame de la cynophilie en France est qu'elle est totalement tenue par le milieu vétérinaire donc des personnes uniquement axées sur la maladie et en aucun cas sur l'élevage. On voit les résultats aujourd'hui … Ce sont des zootechniciens (des spécialistes de l'élevage) qui devraient gérer la SCC .... J'ai donc décidé de ne plus participer aux expositions pour ne pas cautionner ce système aberrant.



Je considère mon élevage comme un véritable écosystème. Quels que soient les élevages pratiqués (chiens, ovins, bovins, porcins ...) le premier animal qui est élevé par l'éleveur est le microbe ! Les techniques que j'utilise et qui - je le reconnais - peuvent paraître choquantes au premier abord visent à développer sur l'ensemble de ma ferme une population de microbes favorables à mes chiens, mes chèvres et mes brebis, population dont le rôle principal est de contrer le développement des microbes pathogènes et des parasites. Cela vise également à stimuler le développement d'une immunité naturelle chez mes animaux en laissant survivre une population résiduelle de pathogènes sans que leur action négative puisse s'exprimer.


Tous mes animaux (chèvres, moutons, porcs, chiens) dorment sur une litière de paille accumulée c'est-à-dire que je rajoute des couches de paille propre régulièrement sur le dessus (c’est le principe des toilettes sèches dans lesquelles on utilise en général de la sciure de bois). La paille est un très bon isolant, un très bon absorbant et surtout elle est 100 % biodégradable. L'intérêt de laisser accumuler la litière est qu'une activité biologique intense se développe dans les couches profondes avec un début de transformation vers l'humus qui est un activateur biologique des sols naturel. En hiver cette même activité biologique dégage aussi de la chaleur qui est un élément de confort supplémentaire pour mes petites races de chiens (quand même chauffées avec des lampes). Bien que je ne sorte la litière qu'une fois par an, cette litière qui est donc vivante et biologiquement active ne dégage absolument aucune odeur (les inspectrices de la DSV qui sont venues me contrôler en ont été les premières surprises). Lorsque la paille est ajoutée régulièrement, la litière est très confortable pour les chiens.


A l'égal de l'élevage, le premier travail des cultivateurs c'est de cultiver les microbes du sol et pas les plantes comme on pourrait l'imaginer. Quand le sol est bien vivant, les plantes poussent sans avoir besoin de recevoir toute la panoplie chimique qu'on voudrait nous faire croire indispensable (enfin surtout ceux qui en tirent un profit honteux). Les forêts poussent depuis des millénaires sans engrais chimiques ni pesticides !


Depuis des années je n'utilise plus aucun produit chimique dans mon élevage et je trouve que c'est bien pour l'environnement et pour la planète. Mes biberons pour les agneaux qui ne sont pas lavés ne sentent pas mauvais tout comme les gamelles de mes chiens, un film bactérien recouvre toute la surface interne des contenants et empêche le développement des moisissures. En définitive c’est moins de produits de nettoyage, moins d’utilisation d’eau, moins de rejets polluant dans la nature et moins de travail pour l’éleveur qui a aussi plus de temps pour observer ses animaux, son vrai travail.



Mes chiens vivent en totale liberté au milieu du troupeau dont ils assurent la protection jour et nuit sur des centaines d'hectares de bois et de parcours dans la Montagne de Lure. Les chiots naissent en bergerie et se développent dans un environnement varié rempli d'animaux de ferme (chèvres, moutons, volailles, chats, cochons, ânes ...). Ils sont aussi en contact permanent avec mes chiens de compagnie ce qui les familiarise avec d'autres races de chiens. Ils passent beaucoup de temps avec moi, sont manipulés chaque jour et sont donc parfaitement socialisés.


Tous mes chiots sont issus de parents inscrits au LOF et identifiés génétiquement.




Mâtin et Montagne des Pyrénées travaillent en équipe



C'est comme cela que les chiots se forment, par imitation de leurs parents et des autres adultes de la meute qui assurent aussi leur sécurité ... alors quand on pense à tous ces pauvres chiots de 2 mois voire moins qui se retrouvent balancés au milieu d'un troupeau, auxquels on interdit de jouer et desquels on attend un comportement d'adulte parfait ... il y a encore du boulot sur la planche ... En photo HABRIL de la Bande à Gro et sa fille JALNA du Hogan des Vents (4 mois).



Livre d'or Contact Lien Signaler un abus
Elevage du Hogan des Vents - N° Siret : 34398493600041
Les textes et les images sont la propriété exclusive de ce site - Reproduction interdite
En savoir plus sur la race "Mâtin espagnol" avec chiens-de-france.com | Logiciel d'Elevage | Chiots de France